Sombre ?

NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 14.1

A+ A-

Reaper Scans France

How to Live as the Enemy Prince

[Traducteur : Simpoy]

 

 

Épisode 4 : Jusqu’à ce que vous ayez une bonne main – Chapitre 14.1

 

 

La rivière Ceignes était un cours d’eau qui traversait Kailisys, la capitale de Kailis. Partageant son nom avec un bâtiment du palais, la rivière divisait la ville en diagonale. Le palais était situé dans la région centrale, au nord-est de celle-ci et la route royale qui partait d’au-delà des portes de la forteresse extérieure — qui se trouvait au sud-ouest — traversait la rivière Ceignes et continuait jusqu’au palais de Kailis.

 

Lors du départ de Sispanian après la mort d’Hatsua, la construction de la route royale a redonné vie au royaume qui était en récession. Grâce à cette grande voie qui bifurquait vers toutes les grandes villes, Kailisys a pu retrouver sa prospérité. C’est dire à quel point la Route Royale était cruciale pour Kailis.

 

  • Clip, clop, clip, clop

 

Deux calèches, une noire et une blanche, sur la route royale se dirigeaient vers le palais royal.

 

Les deux carrosses, qui roulaient côte à côte, arboraient de sublimes ornements. Tous deux étaient peints d’une bonne quantité de poudre de perle moulue pour les faire briller et chacun d’eux avait une grande fenêtre en verre ornant son côté. La seule différence était que l’une d’entre elles était peinte en blanc avec des bords dorés tandis que l’autre était peinte en noir et bordée de nacre.

 

Ce revêtement était cependant incroyablement rare à Kailis. Bien que le royaume revendique la plus grande partie du continent, la seule chose qu’il ne revendique pas est l’océan. Alors que les perles pouvaient facilement être cultivées en eau douce, les ormeaux — la source de la nacre — ne le pouvaient pas. Par conséquent, le prix de la nacre était souvent plus élevé que celui de l’or à Kailis.

 

« Regardez-moi ça ! C’est littéralement un trésor ambulant qui roule sur la route. Un peu trop voyante, vous ne trouvez pas ? »

 

« Pense-t-il que la dorure est bon marché ? ».

 

‘Je ne pense pas qu’il soit en mesure de parler de gaudriole’, pensa son majordome qui était assis à côté de la cabine.

 

Il avait entendu son maître marmonner à lui-même à travers la petite fenêtre qui reliait la cabine à l’habitacle. Il n’aurait pas osé avoir de telles pensées sur lui s’ils n’avaient pas transporté une paire de talons ornés de diamants de première qualité importés de Tensil.

 

Un blason avec un griffon tenant une épée tranchante était dessiné sur les parois extérieures du carrosse. Il n’appartenait à aucun autre que la famille du Marquis Brissen, la famille de naissance de la Reine Silica. Le passager de la voiture était Lennon Brissen, le deuxième fils du Marquis Brissen et le propriétaire des Affaires Brissen.

 

« À qui est censé appartenir ce carrosse ? Les Siegfried ? Non… il est impossible que ces éléphants possèdent quelque chose comme ça. »

 

L’éléphant de Kailis.

 

C’est ainsi que les gens appelaient Siegfried. Ils le surnommaient ainsi, car bien qu’il n’ait jamais eu soif du trône durant toutes ces années, il était pourtant assez puissant pour que personne n’ose le croiser. Il semblait tout à fait approprié de le comparer à un herbivore passif si puissant qu’aucune bête saine d’esprit ne s’en prendrait à lui. Lennon, cependant, ne pouvait penser à aucune autre famille qui pourrait posséder un tel carrosse que les Siegfried.

 

« Qui a bien pu décider d’étaler autant d’argent sur sa voiture ?’ demanda Lennon, incapable de retenir sa curiosité.

 

« Je l’ai à l’instant vu sortir de la rue Teinansha, milord. L’écusson, cependant, semble être de l’autre côté de la voiture, et il est difficile de dire à qui appartient la voiture… » répondit le majordome par la petite fenêtre.

 

« La rue Teinansha ? »

 

« Oui, milord. La rue est principalement peuplée de mages. »

 

« Tu penses vraiment que j’ai posé la question parce que je ne savais pas que signifiait ce nom ? Comment peux-tu être aussi stupide ? » aboya Lennon, coupant l’aimable explication aimable de son majordome.

 

Si Silica ou Calian avaient entendu sa remarque, ils se seraient moqués de sa tentative mesquine d’embarrasser son majordome. Lennon jeta une fois de plus un coup d’œil à l’extérieur du rideau et contempla la voiture noire. Cependant, il n’y avait aucun moyen de savoir qui était à l’intérieur, car la fenêtre de l’autre voiture était également couverte d’une épaisse couche de rideaux.

 

« Y a-t-il réellement un mage aussi riche dans cette ville ? »

 

« Souhaiteriez-vous vérifier l’écusson de l’autre côté du carrosse ? »

 

« Oui, ce serait préférable. »

 

Le majordome obéit et ordonna au charretier de modifier la trajectoire de la calèche. Bientôt, la voiture blanche de Lennon ralentit et accéléra à nouveau pour rattraper l’autre côté de la voiture noire. Lennon tira rapidement les rideaux et jeta un coup d’œil à l’écusson.

 

Ce dernier loucha puis marmonna :

 

« C’est un blason compliqué. Qu’est-ce que c’est que ces… fleurs ? Une, deux… »

 

Au fur et à mesure que son chariot avançait, il pouvait voir l’écusson plus clairement. Quand il confirma finalement l’identité de la personne à qui appartenait la calèche, il se frotta les yeux encore et encore.

 

« Serais-je devenu sénile…? » marmonna-t-il incrédule.

 

« Je vois sept fleurs rouges et un bâton d’argent, vicomte Brissen. »

 

« Tu crois que je suis aveugle ?! Maintenant, ferme-la ! »

 

Sept fleurs rouges et un bâton en argent !

 

« Mais que se passe-t-il ? Grands dieux… je crois que je perds la raison. C’est absolument impensable. Pourquoi est-il ici, à Kailis ? Pourquoi, pour l’amour de Dieu, se dirige-t-il vers le palais ? »

 

Ne sachant pas à qui appartenait ce blason et ayant reçu l’ordre de se taire, le majordome se contenta de garder les yeux rivés devant lui et de les cligner de stupéfaction.

 

Les deux carrosses passèrent également par la rue Aynansha où résident les familles nobles. Ainsi, ces derniers furent également informés de cette somptueuse voiture en nacre noire qui se dirigeait vers le palais.

 

« Des vignes de fleurs rouges qui s’enroulent autour d’un bâton d’argent, vous dites ? » demanda chaque noble en entendant la description du blason qu’apportaient les serviteurs.

 

« Oui, Milord. C’est exactement ce à quoi ressemblait le blason », répondirent chacun d’entre eux avec conviction.

 

« Vous devez sûrement vous tromper », nia chacun des nobles, les balayant d’un revers de la main. « Ce n’est pas possible. Il est tout bonnement impossible que le fameux Alan Manassil soit à Kailis. »

 

Ils se mirent tous à sourire d’un air confiant, arrêtant ce qu’ils faisaient, pour se préparer à partir pour le palais.

 

 

 

Il est 9 h 30, au troisième jour de la fête, lorsque la nouvelle parvint au roi.

 

Alan était arrivé au palais au milieu des regards et de l’attention de nombreuses personnes. Il montra aux gardes son invitation du Roi et entra dans le palais par les portes principales.

 

L’écusson gravé sur la surface extérieure du carrosse en nacre noire était très clairement visible, même de loin. Le grand chambellan se précipita vers le roi, qui avait accueilli des vagues de nobles toute la matinée et se dirigea ensuite vers son bureau, pour l’informer de l’arrivée d’un invité important.

 

« Votre Majesté, il semblerait qu’Alan Manassil soit venu nous rendre visite. »

Tags: Lis des novels NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 14.1, novel NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 14.1, lis NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 14.1 en ligne, NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 14.1 chapitre, NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 14.1 en haute qualité, NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 14.1 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 14.1