Sombre ?

NOVEL : The Beginning After The End 100

Tous les chaps sont ici: NOVEL : The Beginning After The End
A+ A-

REAPER SCAN (GSN)

The Beginning After The End

[Auteur : TurtleMe]

[Traducteur : Célian]

[Checker : Sevan]


The Beginning After The End Chapitre 100 : Compagnon de captivité

 

Mes yeux sont restés fixés sur l’escalier de fer vieilli par l’usure et la rouille, jusqu’à ce que le rugissement des bêtes mana en bas me tire de mon étourdissement.

 

« On dirait que certaines des bêtes de mana les plus vives ont senti le château. Nous devrions nous dépêcher si nous ne voulons pas d’ennuis inutiles. » dit Olfred à personne en particulier.

 

En regardant vers le bas depuis le ciel, nous pouvions faiblement distinguer les mouvements subtils de quelques énormes bêtes mana qui étaient cachées dans le dense groupe d’arbres.

 

« Mm » répondit Varay, sans être d’accord ni en désaccord, mais en acceptant simplement son point de vue.

 

Le chevalier de pierre, qui me portait en bandoulière, m’a doucement fait descendre au pied de l’escalier avant de s’effriter dans le sable et de se reconstituer en cape en s’attachant à l’épaule d’Olfred.

 

« Nous, les nains, portons toujours un peu de terre avec nous où que nous allions. » m’a dit Olfred en remarquant mon expression surprise.

 

La porte s’est refermée derrière nous, et alors que je pensais que nous serions entourés d’obscurité, une substance semblable à de la mousse recouvrant les murs s’est mise à briller d’une douce lumière bleue.

 

Varay a dissipé les menottes de glace qui entravaient mes jambes pour que je puisse marcher seul et a pris la tête tandis qu’Olfred nous suivait de près. Nous devions avoir avancés pendant au moins une heure dans les escaliers qui semblaient interminables lorsque j’ai exprimé ma frustration.

 

« N’y a-t-il pas un moyen plus rapide d’y aller que de monter cet escalier absurde ? » Je soupirais. Mon corps avait beau être plus fort que celui de la plupart des humains, même sans mon noyau de mana, grâce au processus d’assimilation que j’avais traversé, je m’impatientais tout de même devant cette perte de temps.

 

« La magie ne peut être utilisée à aucune des entrées. » répondit immédiatement Varay, une pointe d’impatience dans sa voix déjà froide.

 

J’ai pris une autre grande respiration et j’ai continué à marcher en silence. J’ai jeté un coup d’œil à mon lien et, comme prévu, Sylvie dormait beaucoup plus que d’habitude en raison de sa récente transformation en forme draconique. Windsom m’avait expliqué les différentes formes que les Asuras pouvaient utiliser en fonction de la situation, mais je ne savais pas à quel point il était difficile pour Sylvie de libérer sa forme draconique. Mais je ne pouvais rien y faire, puisque Sylvie était un nouveau-né aux yeux des divinités qui pouvaient vivre pendant ce que j’imaginais être des milliers d’années, si ce n’est plus.

 

Perdu dans mes pensées, je n’avais pas réalisé que Varay s’était arrêté.

 

« Oof ! » J’ai laissé échapper un grognement de surprise en me cognant à elle. La femme Lance était à peine plus grande que moi, mais j’étais un pas en dessous d’elle, donc mon visage n’avait touché que son dos. Cependant, mes bras étaient menottés devant moi et ils avaient heurté un endroit un peu plus… intime.

 

Je n’y avais pas pensé, mais à ma grande surprise, Varay a réagi d’une manière à laquelle je ne me serais pas attendu. Elle a poussé un petit cri efféminé en sautant en avant. Elle s’est retournée pour me faire face et j’ai pu voir son visage s’illuminer d’embarras et de surprise avant de se transformer en un regard redoutable qui pourrait donner des sueurs froides à quelqu’un.

 

Se reprenant, elle fit demi-tour et posa sa main au bout de la cage d’escalier avant de marmonner doucement : « Nous sommes arrivés. »

 

Jetant un coup d’œil derrière moi, Olfred s’est contenté d’un sourire amusé avant de hausser les épaules et de me faire avancer.

 

Une lumière éblouissante s’est infiltrée dans la fissure du mur qui s’était déchiré. Lorsque mes yeux se sont ajustés, j’ai enfin pu voir ce qui nous attendait. Un couloir lumineux au plafond voûté s’étendait devant nous, les murs étant couverts de motifs mystérieux gravés sur chaque facette et coin visible. Les runes gravées faisaient que le couloir ressemblait plus à un mémorial gravé des noms des défunts qu’à une décoration luxueuse, chaque gravure et chaque dessin semblait avoir un but et une signification. De simples lustres étaient suspendus au plafond à quelques mètres d’intervalle, mais bien que le hall soit brillamment éclairé, la lumière blanche dégageait une sensation de froideur et d’absence d’émotion, me rappelant les hôpitaux de mon ancien monde.

 

« Maintenant que nous sommes à l’intérieur du château lui-même, il est préférable de ne pas converser avec nous ou avec l’une des Lances. » a-t-il chuchoté avec un froid inhabituel dans sa voix alors que nous entrions par la porte plutôt grossière.

 

Nous avons marché en silence, seuls les échos de nos pas remplissant le hall. De chaque côté se trouvaient des portes qui ne correspondaient pas au couloir métallique, il y avait des portes de couleurs et de matériaux différents, toutes bien distinctes les unes des autres. Le couloir ne semblait pas avoir de fin, mais heureusement, Varay nous a arrêtés à une porte apparemment aléatoire à notre gauche sur le chemin. Elle a frappé à la porte sans pause jusqu’à ce qu’elle s’ouvre, révélant un homme en armure.

 

Je l’ai regardé de plus près.

 

« Mes Seigneurs. » le garde s’est immédiatement agenouillé, tête baissée.

 

« Lève-toi. » répondit froidement Varay. Le garde s’est relevé, mais n’a pas établi de contact visuel avec l’une ou l’autre des deux Lances. Au lieu de cela, son regard s’est fixé sur moi et il m’a considéré à la fois avec curiosité et prudence.

 

« Prévenez le Conseil de notre arrivée. » Olfred a fait signe au garde de s’éloigner avec impatience. L’homme en armure s’inclina à nouveau rapidement et disparut derrière une porte noire cachée qui semblait faire partie du mur.

 

Après quelques minutes, le garde est revenu et a ouvert complètement la porte pour nous, nous permettant d’entrer. « Lance Zero et Lance Balrog ont été autorisés à rencontrer le Conseil, ainsi que le prisonnier nommé Arthur Leywin. »

 

J’ai regardé Olfred, en levant un sourcil. En passant devant moi, il a marmonné « Bah. Les noms de code » comme s’il était embarrassé.

 

Je n’ai pu m’empêcher de laisser échapper un sourire en coin avant de suivre les deux Lances. Ce qui m’attendait déterminerait probablement mon avenir, mais je ne pouvais que penser aux noms de code de toutes les autres lances.

 

Lorsque j’ai passé le garde et franchi la porte cachée, j’ai immédiatement senti le changement d’atmosphère. Nous étions dans une grande salle circulaire avec un plafond haut qui semblait être entièrement fait de verre. La pièce était décorée simplement, avec seulement une longue table rectangulaire tout au fond. Six chaises, chacune occupée par l’un des membres du Conseil, nous faisaient face à tous les trois et me regardaient, chacun avec une expression différente.

 

« Vos Majestés. » Olfred et Varay se sont tous deux inclinés devant le Conseil tandis que les rois et les reines se levaient de leurs sièges. Ne sachant pas exactement ce que la coutume dictait dans des situations comme celle-ci, je suivis les deux Lances et m’inclinai également.

 

« Ignorant ! Tu te considères au même niveau que les Lances ? Tu devrais au moins t’agenouiller en signe de respect. » a hurlé une voix rauque. J’ai levé les yeux pour voir que c’était le roi des nains, Dawsid Greysunders.

 

Il arborait une barbe brune touffue qui dépassait de son menton et couvrait le haut de son torse. Il avait une poitrine en forme de tonneau recouverte d’une armure de cuir ornée qui semblait retenir ses muscles plutôt que de les protéger. Cependant, en regardant sa main douce et sans calvitie qui tripotait la flûte à vin en or, je me suis demandé si ces muscles avaient été utilisés un jour, ou s’ils n’étaient que pour le spectacle.

 

J’ai eu du mal à contrôler mon visage qui s’est déformé en une expression d’agacement, mais avant que je puisse répliquer, j’ai aperçu Alduin Eralith, le père de Tessia et l’ancien roi des elfes. Il me fit un rapide signe de la tête, avec une expression inquiète sur le visage.

 

En serrant la mâchoire, j’ai cédé. « Mes excuses, Vos Majestés. Je ne suis qu’un garçon de la campagne, qui n’a pas reçu d’éducation sur les comportements appropriés. » ai-je dit en serrant les dents, en m’agenouillant.

 

« Hmph. » Il s’est rassis sur son siège, croisant les bras. Même en s’enfonçant dans son fauteuil, il était impossible d’ignorer la solide charpente du roi nain. Les veines de ses bras s’étiraient à chaque petit mouvement. Associé à une grande barbe hérissée et à des yeux sombres et lourds, même en tant que nain, il semblait beaucoup plus grand qu’il ne l’était réellement.

 

« Allez, allez. Je suis sûr que le voyage a été long et que tout le monde est impatient de commencer. Varay, détache Arthur. » Le père de Curtis, Blaine Glayder était celui qui venait de parler. La Lance féminine a dissipé les menottes gelées qui me liaient les poignets mais a laissé la Sylvie endormie à l’intérieur de l’orbe gelé, tandis que je regardais les dirigeants de ce continent. Cela faisait des années que je n’avais pas vu Blaine et Priscilla Glayder, mais à part quelques rides supplémentaires, peu de choses avaient changé chez eux. J’ai remarqué que la reine avait l’air un peu fatiguée, mais son expression ne le laissait pas paraître du tout.

 

C’était la première fois que je voyais la reine des nains, mais elle était exactement comme je m’y attendais : virile. Elle avait une mâchoire carrée et définie, des yeux vifs et des cheveux noirs attachés en queue de cheval. Ses larges épaules tiraient sur le tissu de sa simple blouse brune alors qu’elle restait assise bien droite sur sa chaise.

 

Alduin et Merial Eralith, cependant, semblaient avoir le plus vieilli. Bien que cela ne fasse que quelques jours que je ne les ai pas vus, je n’étais pas surpris, puisque leur fille unique avait été au centre de l’acte de terrorisme de Draneeve.

 

Les deux Lances qui m’avaient escorté jusqu’ici ont fait quelques pas en arrière tandis que je levais les yeux vers le Conseil.

 

Alduin Eralith a pris la parole d’un ton doux, son expression semblant presque coupable de m’avoir amené ici. « Arthur Leywin. Avant de commencer, je voudrais te remercier, non pas en tant que chef mais en tant que père pour avoir sauvé ma fille… »

 

« Et dois-je vous rappeler que nous sommes ici en tant que dirigeants de ce maudit continent, pas en tant que pères ? » Dawsid s’est interposé en tapant du poing sur la table. « Ce garçon a mutilé un de ses camarades de classe avant de le tuer. Dois-je lire la description qu’un des éclaireurs nous a si gentiment envoyée ? »

 

Priscilla secoua la tête, essayant d’apaiser la situation.

 

« Dawsid, je ne pense pas qu’il soit nécessaire… »

 

« Les deux jambes, réduites en bouillie après la mi-cuisse. Bras gauche, démembré et cautérisé au-delà du coude. Bras droit, gelé et écrasé. Organes génitaux… » Alors que le roi nain continuait à lire le parchemin, même lui semblait avoir du mal à dire ce qui allait suivre. « Organes génitaux, ainsi que l’os pelvien, écrasés et… »

 

« Je pense que ça suffit, Dawsid. » prévint Alduin.

 

« Il semble que j’ai fait valoir mon point de vue. Oui, c’est bien pratique que ce garçon ait réussi à sauver toute l’école, mais cela ne justifie pas les tourments qu’il a fait subir à son camarade. Pour moi, je ne vois là qu’un moyen pour lui d’utiliser tout ce fiasco comme une excuse pour se venger de quelqu’un avec qui il a clairement eu des inimitiés dans le passé. » dit froidement Dawsid.

 

« Vous ne pouvez pas dire que la principale motivation de ce garçon pour se plonger aveuglément dans une scène aussi dangereuse était juste de se venger. Et même s’il l’a fait, qu’en est-il ? Vous ne pouvez prouver à personne ici les motivations d’Arthur. Il a fait ce que nous ne pouvions pas faire en temps de besoin, sauvant potentiellement tous les étudiants de Xyrus. » répondit Alduin, son visage devenant de plus en plus rouge.

 

« Oui, et c’est pourquoi je ne suggère pas que nous tuions le garçon. Nous devons simplement l’estropier en tant que mage. » C’est la reine des nains qui a parlé cette fois. L’indifférence froide dans sa voix semblait même faire vaciller son mari pendant un moment.

 

« Ce que Glaudera a dit est exactement ce que je pense aussi. Ce garçon est trop dangereux s’il est laissé seul. Imaginez que lui et son dragon de compagnie décident de se faire de nous des ennemis… »

 

Mes oreilles se sont dressées à la mention de Sylvie.

 

« Mon Dieu, tu t’entends ? Tu parles comme un criminel paranoïaque. Blaine, Priscilla, qu’avez-vous à ajouter à tout cela ? » demanda Merial en secouant la tête, décontenancée.

 

« Merial, mon mari et moi sommes d’accord avec vous sur ce point, en tant que parent. » dit Priscilla d’un ton égal, son regard distant passant de Sylvie à moi. « Mais, il est préférable de prendre en compte le point de vue des Greysunders également. Ce qu’ils disent, ils le disent avec l’ensemble du continent en jeu. »

 

« Alors quoi, on estropie le garçon et on tue le dragon, tout ça au cas où le garçon aurait de mauvais sentiments envers nous et déciderait de se venger ? » Alduin a presque hurlé en se levant, faisant face aux autres chefs.

 

« Alduin, connais ta place ! Ne pense pas que tu es au même niveau que nous juste parce que tu es assis ici. Puis-je te rappeler ton incapacité à t’occuper de tes propres Lances ? » Dawsid grogna d’un air menaçant en désignant le roi des elfes d’un air accusateur. « Ce continent est potentiellement au bord de la guerre et vous avez été assez négligent pour perdre l’un de nos plus gros atouts ! ».

 

« Vos Majestés. Ai-je été amené ici simplement pour entendre mon jugement ou suis-je autorisé à… »

 

« Vous ne parlerez pas tant que vous n’en aurez pas reçu l’ordre ! » Dawsid rugit, me coupant la parole. « Je refuse toutes les revendications que ce garçon tente de faire. Il peut dire que le Dieu du Fer lui-même lui a parlé et lui a ordonné de faire tout cela mais cela ne change rien à ce qu’il a fait et à ce qu’il sera capable de faire si on le laisse tranquille. Les éclaireurs sont encore en train de recueillir les récits des témoins. »

 

« Je ne vois pas l’utilité de ma présence ici si je n’ai même pas le droit de parler et de donner mon avis sur ce qui s’est passé et pourquoi ça s’est passé comme ça. » j’ai fait de mon mieux pour contrôler le volume et le ton de ma voix, mais je pouvais dire qu’elle sortait beaucoup plus aiguë que je ne le voulais.

 

« Vous avez raison ! Il n’y a aucune raison que ce prisonnier soit ici. Olfred, enferme-le dans une des cellules du bas et garde-le là jusqu’à nouvel ordre. Enferme aussi son animal de compagnie dans une chambre forte. » Glaudera Greysunders a répondu pour son mari, en agitant la main vers nous.

 

« Dawsid, Glaudera, le Conseil n’est pas fait pour que vous le dirigiez et l’ordonniez comme bon vous semble ! » Alduin grogna. Derrière lui, une silhouette masquée dans l’ombre s’agenouilla, attendant les ordres.

 

« Retire-toi, elfe ! N’oublie pas que tu n’as qu’une seule Lance à ta disposition. » Il y avait une forte tension alors que le roi des elfes et le roi des nains se regardaient.

 

C’est Alduin qui a cédé et qui s’est assis à contrecœur sur sa chaise. Pendant un bref instant, alors que le chevalier de pierre d’Olfred venait me chercher, nos regards se sont croisés. Je pouvais voir la détermination implacable dans son regard et il m’a fait un signe de tête ferme. Je me suis mordu la langue et j’ai choisi de rester silencieux.

 

Il était évident que le roi et la reine des nains étaient tout à fait d’accord pour m’estropier, tandis que les Glayders restaient neutres puisque beaucoup de choses étaient encore inconnues. J’allais devoir compter sur Alduin et Merial si Sylvie et moi voulions rentrer chez nous indemnes.

 

Alors que le chevalier de pierre me transportait par une autre porte et un escalier, j’ai essayé de parler à Olfred sans grand résultat.

 

En jetant un coup d’œil autour, cela ressemblait au donjon typique d’un château où les prisonniers de guerre et les traîtres étaient détenus. Je n’étais que dans l’une des nombreuses cellules, mais une grande partie de la zone était couverte d’ombres que la lumière des quelques torches allumées ne pouvait atteindre.

 

« Ce sera ta cellule, Arthur. Ton lien sera placé ailleurs. » Le chevalier invoqué qui me portait s’est soudainement réduit en poussière en atteignant ma chambre de cachot. J’ai atterri de façon peu impressionnante sur mes genoux et mes coudes quand Olfred a fermé la cage métallique.

 

« Aïe, il aurait pu me prévenir. » ai-je marmonné à voix haute, en balayant la poussière de mes genoux.

 

« Cette voix. A-Arthur ? Arthur Leywin ? »

 

Ma tête s’est levée au son de ce bruit faible, mais familier.

 

« Directrice Goodsky ? »

Tags: Lis des novels NOVEL : The Beginning After The End 100, novel NOVEL : The Beginning After The End 100, lis NOVEL : The Beginning After The End 100 en ligne, NOVEL : The Beginning After The End 100 chapitre, NOVEL : The Beginning After The End 100 en haute qualité, NOVEL : The Beginning After The End 100 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 100