Sombre ?

NOVEL : The Beginning After The End 81

Tous les chaps sont ici: NOVEL : The Beginning After The End
A+ A-

REAPER SCAN (GSN)

The Beginning After The End

[Auteur : TurtleMe]

[Traducteur : Célian]

[Checker : Sevan]


The Beginning After The End Chapitre 81 : Pendant Ce Temps III

 

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

 

La nuit précédente.

 

« Tu dois vraiment repartir ? Tu viens juste d’arriver. » Ma mère a poussé un soupir en me regardant de l’autre côté de la table à manger.

 

« Frère, tu t’en vas encore ? Tu vas encore frôler la mort ? » a demandé ma sœur avec un visage impassible, ce qui rendait sa dernière question encore plus blessante. Je pouvais voir qu’elle faisait la moue à la façon dont sa joue gauche était légèrement plus gonflée que d’habitude malgré ses efforts pour garder un visage impassible.

 

« Eleanor ! Ne dis pas de telles choses à ton frère. » a réprimandé ma mère en pinçant la joue de ma sœur.

 

« Arthur, je te considère comme un adulte maintenant. Je sais que tes décisions ont été prises en considération de ta famille. Ton père soutient ta décision d’y aller… puisque c’est pour le bien de ta chérie. » a affirmé mon père en me levant le pouce, le bord de ses lèvres se retroussant.

 

« Oh mon Dieu, papa, arrête, s’il te plaît. » j’ai gémi devant le malentendu d’être pris pour une sorte de gamin plein d’hormones qui venait d’être surpris avec sa petite amie..

 

« Hehe ! » Un ricanement s’est échappé des lèvres de ma mère. Malgré ses efforts pour essayer de couvrir rapidement sa bouche et reprendre un visage sérieux, il était déjà trop tard.

 

Je sentais mon visage brûler alors j’ai baissé les yeux, secouant la tête, ne sachant pas ce qui était le pire : mes parents qui s’inquiètent pour moi, ou qui me taquinent comme ça.

 

Pendant ce temps, Elijah était tranquillement assis à côté de moi, les yeux écarquillés, rentrant ses lèvres pour s’assurer qu’il ne riait pas lui aussi. Son expression semblait dire : « Je ne fais rien de mal. Nope ! » ce qui m’a fait soupirer encore plus fort.

 

« Kyu ! » « Papa va s’en sortir ! Je vais le protéger cette fois-ci ! » Sylvie sautillait sur le dessus de la table.

 

« Ça ne prendra que quelques jours, et je serai avec grand-père Virion. En plus, la semaine prochaine c’est l’Aurore Constellée, donc je serai de retour à la maison pour un moment. Comme je l’ai dit au début, cette affaire est sérieuse. » ai-je essayé de convaincre mes parents qui étaient déjà perdus dans leur propre imagination.

 

« Eh bien, on ne peut pas continuer à te materner pour toujours. Tu grandis, je suppose, de plus d’une façon. Souviens-toi juste qu’il vaut mieux y aller doucement, Art. Mais je suis sûre que tu feras mieux que ton père. » a dit ma mère en regardant impuissante mon père qui a été pris au dépourvu par cette attaque surprise.

 

Mon père, qui avait fait de son mieux à la fois dans son devoir d’instructeur de garde et dans sa formation, avait l’air d’avoir été poignardé alors que les commentaires taquins lui transperçaient le corps.

 

Je n’ai pas pu m’empêcher de leur adresser un sourire en coin avant de regarder Elijah.

 

« Ne t’inquiète pas, je ferai savoir à tout le monde que tu es toujours en vie et que tu reviendras bientôt. » a répondu Elijah en posant sa main sur mon épaule tout en me donnant un pouce levé plutôt douteux.

 

« Je serai bientôt de retour. » ai-je répété tout en laissant échapper une inspiration dubitative.

 

Je me suis levé, leur donnant à chacun un dernier câlin, ce qui était devenu une sorte de coutume dans notre famille. Sylvie, qui était prise dans l’étau de ma sœur, a lutté pour se libérer.

 

Jetant un rapide coup d’œil à ma mère et à ma sœur, je me suis assuré qu’elles portaient toujours les colliers de Phoenix Wyrm, au cas où.

 

En voyant les chaînes blanches et dorées scintiller autour de leur cou, je leur ai fait un dernier au revoir et je suis entré dans la voiture qui m’attendait dehors, Sylvie trottinant derrière moi.

 

À l’intérieur de la voiture bien suspendue, tirée par un grand cheval, j’ai commencé à tripoter l’orbe tacheté d’or, en essayant de trouver ce que c’était exactement.

 

Chaque fois que j’ai essayé d’imprégner le mana dans l’orbe, il n’y avait aucune sorte de réponse ou de réaction, presque comme si c’était juste ce qu’il semblait être… une bille.

 

Faisant claquer ma langue en signe de frustration, j’ai remis l’orbe dans mon anneau. Le trajet jusqu’à la porte de téléportation serait probablement le seul moment où je pourrais dormir, alors j’ai essayé d’en profiter au maximum.

 

Il est nécessaire, Roi Grey…

 

Il est de la plus haute importance d’apporter la stabilité à notre pays…

 

Pour montrer au peuple de notre pays, VOTRE pays, que vous êtes leur Roi et que vous vous battez pour nous, il est nécessaire de la tuer…

 

Tuez-la, Roi Grey, pour que le monde sache qu’il ne faut pas jouer avec votre pays…

 

Tuez-la…

 

Je me suis levé d’un bond du siège de la voiture, haletant pour respirer. Le bruit des battements de mon cœur me montait à la tête et je sentais l’air froid, qui s’échappait du wagon, contre mon front plein de sueur. Il m’a fallu un peu de temps pour réaliser que je venais de rêver. En m’enfonçant dans mon siège, j’ai essuyé la sueur froide sur mes sourcils alors que Sylvie, qui avait dû tomber de moi quand je m’étais réveillé, a sauté de nouveau sur mes genoux avec un regard inquiet.

 

Alors que je fermais les yeux, espérant que cela m’aiderait à me débarrasser de ce souvenir troublant que j’avais oublié depuis un moment, j’ai senti la langue rugueuse de Sylvie sur le dos de ma main.

 

« C’est bon, Sylv. Je vais bien. » lui ai-je assuré en caressant ses oreilles.

 

Pourquoi ce souvenir doit-il resurgir maintenant…

 

Incapable de me rendormir, j’ai parlé à Sylvie pour passer le temps. Cela commençait par de petites conversations sur l’époque où elle s’entraînait seule, jusqu’à lui apprendre les différents objets et paysages que nous passions pendant le reste de la promenade en calèche. Au fil des mois, la croissance mentale de Sylvie avait rapidement augmenté. Ses connaissances et sa maturité avaient dépassé depuis longtemps celles d’un humain de son âge.

 

J’ai parfois souhaité avoir plus d’occasions de m’entraîner avec mon lien. Ayant vu Curtis et son Lion du Monde en duel, je pouvais dire qu’ils passaient de nombreuses heures à s’entraîner ensemble.

 

Lorsque nous sommes arrivés à destination, la lune était encore haute au-dessus de nos têtes, illuminant la ville flottante de Xyrus, chaudement éclairée. Le garde posté devant le portail menant au Royaume d’Elenoir s’est précipité vers nous, sa main gauche serrant le pommeau de l’épée attachée à sa taille.

 

« Indiquez la raison de votre passage et la preuve de votre vérification. » a exigé le garde robuste alors que sa main gauche se détendait de son épée, voyant que je n’étais qu’un enfant.

 

Pour une raison quelconque, sa voix me semblait vaguement familière, et pas seulement dans le sens où il avait une voix commune. En haussant les épaules et en repoussant cette pensée tenace au fond de mon esprit, je me suis concentré sur la situation actuelle.

 

Ne sachant que dire, je me suis rappelé que j’avais toujours la boussole en argent que Virion m’avait donnée quand j’étais enfant. Elle portait l’insigne de la famille Eralith, elle pourrait donc être utilisée comme preuve suffisante.

 

Sans un mot, j’ai mis la main dans ma poche et j’ai sorti la boussole de ma bague hors de la vue du garde et je la lui ai montrée.

 

« Hmm, j’ai demandé la rai… c’est le… c’est par là, monsieur. Mes excuses pour avoir été si irrespectueux. Je ne savais pas que vous aviez des liens si étroits avec la famille royale. » L’expression grossière n’était nulle part visible alors qu’il s’inclinait et retournait précipitamment vers le portail, l’activant.

 

Après que les runes autour de l’entrée du portail se soient mises à briller et à bourdonner à voix basse, il est revenu vers nous en trottinant, un air d’excuse sur le visage.

 

« Malheureusement, la porte ne peut pas vous conduire immédiatement à l’intérieur du royaume, mais elle se trouvera à proximité immédiate de l’une des entrées. » a révélé le garde avec contrariété, comme si c’était sa faute.

 

« Mmm, c’est bien. Merci. » j’ai acquiescé.

 

Hmm… il semble que ce soit plus qu’une simple boussole.

 

Le bourdonnement provenant du portail s’est intensifié, tandis que les anciennes runes magiques ont ouvert le portail. J’ai tourné la tête pour voir le garde me faire une révérence exagérée.

 

Lorsque mon pied droit a franchi le portail et que j’ai ressenti la sensation familière de mon corps aspiré, le garde a levé les yeux.

 

Le garde à l’allure robuste et aux cicatrices gravées sur le visage avait disparu, remplacé par le vieil homme de la boutique d’élixirs.

 

Avec un sourire malicieux, il m’a fait un clin d’œil avant de me dire : « Bon voyage, jeune homme. »

 

POINT DE VUE DE CYNTHIA GOODSKY :

 

Quand j’ai atteint une clairière dans les bois, j’ai entendu le faible marmonnement des chants avec mon ouïe améliorée.

 

[Coupe-Vent]

 

Des dizaines de lames d’air comprimé presque transparentes ont filé vers moi à une vitesse effrayante.

 

Bien sûr, il était naturel que tous ces espions soient des mages du vent.

 

Je suis resté immobile, attendant que les lames de vent m’atteignent avant de libérer un mur du son.

 

Indemne, j’ai continué à marcher pendant que je terminais mon deuxième sort.

 

[Champ d’Impulsion]

 

Les oiseaux et les rongeurs malchanceux qui se trouvaient à proximité ont été victimes et sont tombés des arbres dans lesquels ils se cachaient. Avec eux, quelques espions non préparés ont également pris le coup et sont tombés de leurs propres cachettes, se serrant les oreilles à l’agonie. J’avais tous leurs emplacements.

 

Avant que j’aie eu la chance d’envoyer un autre sort, j’ai été obligé d’esquiver une aiguille qui avait réussi à passer outre mes sens jusqu’à la dernière seconde. En jetant un rapide coup d’œil vers le bas, j’ai pu constater que le projectile était enduit de poison.

 

« Avier, prends ceux qui sont à ma droite. » ai-je dit de façon monotone.

 

« Oui. » a confirmé mon lien par transmission mentale.

 

Avier est descendu du ciel éclairé par la lune, et très vite, je pouvais entendre les brefs gémissements et les hurlements des espions qui étaient devenus des proies.

 

Dommage que leurs cris ne soient jamais entendus.

 

De mon côté, je devais me contrôler pour garder au moins quelques-uns d’entre eux en vie et en état de marche afin de pouvoir en tirer des informations.

 

Finalement, un seul a réussi à survivre assez longtemps pour être interrogé…

 

« GAAAAAAAAHHH ! » hurlait l’espion qui était en dessous de moi.

 

Il était assez simple de le torturer après avoir détruit son noyau de mana. Sans magie pour le protéger, son corps était simplement trop fragile. J’ai commencé à broyer ses os de l’intérieur après lui avoir donné la chance de répondre à mes questions. Il est resté implacable.

 

« Heh ! Vous pensez que je vais dire quelque chose à un traître ? Vous avez fait une grosse erreur. Ils regagnent lentement leur… ancienne force. Rien qu’avec les questions que vous avez posées, vous avez supposé qu’il restait des décennies à ce continent, hein ? Pfft ! Le peuple de ce continent… aura moins de dix ans avant que la guerre ne commence. » Il eut un sourire en coin, crachant le sang qui se figeait à l’intérieur de sa bouche sur mon visage.

 

Mes joues ne pouvaient s’empêcher d’avoir des crampes à la confirmation de mes craintes. Repoussant ma frustration, je posai ma main sur la tête de l’espion blessé.

 

Sa voix s’étouffait à cause du sang qui s’accumulait dans sa bouche, il a coassé : « Vive le… »

 

Sa voix a été interrompue lorsque de la matière cérébrale liquide a commencé à s’écouler de ses oreilles et que du sang a commencé à couler de ses autres orifices alors que l’impulsion sonore que j’avais infligée à l’intérieur de son crâne lui écrasait le cerveau.

 

Déposant le corps sans vie sur le sol, j’ai laissé échapper un soupir. Faisant demi-tour, je me hâtai vers ma prochaine destination, en prenant soin d’éviter les cadavres éparpillés sur le sol.

 

« Ça t’ennuie de nettoyer le bazar, Avier ? » me suis-je excusée.

 

« La viande humaine est trop filandreuse à mon goût, mais je suppose qu’elle devra faire l’affaire pour le moment. » Alors que mon lien disait cela, son corps de hibou commença à briller avant de se transformer en forme de wyverne.

 

Avec la seule lumière de la lune éclairant les bois, le craquement des os résonnait bruyamment tandis qu’Avier se régalait d’un autre lot d’espions venus de ma patrie.

 

Je laissai échapper une bouffée d’air déçue de cette nuit infructueuse en essuyant le sang sur mon visage tout en changeant de tenue extérieure. Mes années sur ce continent m’avaient rendu trop molle. L’apathie que j’avais autrefois construite à l’égard de la mort et de la torture avait disparu – remplacée par un goût aigre dans ma bouche, juste après avoir tué quelques soldats ayant subi un lavage de cerveau.

 

Mais quand même… c’était trop facile…

 

C’était juste une diversion ?

 

Avier, qui me laissait rarement monter sur son dos, m’a portée jusqu’à notre prochaine destination. J’espérais juste que mes soupçons n’étaient pas corrects.

 

Tags: Lis des novels NOVEL : The Beginning After The End 81, novel NOVEL : The Beginning After The End 81, lis NOVEL : The Beginning After The End 81 en ligne, NOVEL : The Beginning After The End 81 chapitre, NOVEL : The Beginning After The End 81 en haute qualité, NOVEL : The Beginning After The End 81 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 81