Sombre ?

NOVEL : The Beginning After The End 82

Tous les chaps sont ici: NOVEL : The Beginning After The End
A+ A-

REAPER SCAN (GSN)

The Beginning After The End

[Auteur : TurtleMe]

[Traducteur : Célian]

[Checker : Sevan]


The Beginning After The End Chapitre 82 : Enfin

 

POINT DE VUE D’ELIJAH KNIGHT :

 

Lorsque les officiers du DC et le conseil des étudiants sont sortis de la réunion avec les professeurs, il était déjà tard dans la nuit.

 

J’ai saisi cette chance pour leur dire ce que je n’avais pas pu faire avant – qu’Arthur était vivant et en sécurité.

 

« Oui ! Je le savais ! Je savais qu’il survivrait. » Claire s’était enfoncée dans son fauteuil en se couvrant le visage de ses bras, sans doute pour cacher les larmes perdues qui glissaient sur ses joues.

 

Curtis a laissé échapper une grande bouffée de soulagement en s’adossant au mur, mais c’est la réaction de la princesse Kathyln qui m’a pris au dépourvu.

 

Pour une fois, je pouvais visiblement voir son visage s’illuminer tandis qu’elle m’étudiait pour s’assurer que je ne mentais pas. Je pouvais presque voir ses yeux couleur chocolat scintiller quand ils se sont levés et qu’un rare sourire s’est formé.

 

« Dieu merci. » a-t-elle marmonné dans son souffle après que j’ai réaffirmé l’information d’un signe de tête maladroit.

 

« Comme attendu de mon-sniff-rival. Mhmm. » L’elfe qui insistait sur le fait qu’il était le rival d’Arthur avait un air présomptueux sur son visage, comme s’il était celui qui avait sauvé Arthur ou quelque chose comme ça, mais le mucus qui s’écoulait de son nez trahissait son expression.

 

« Je savais que ce crétin ne mourrait pas d’une simple chute. » se moqua l’ours adossé à sa chaise. Théodore essaya de jouer la carte de la décontraction, mais le demi-sourire qu’il tenta de retenir indiqua à tous qu’il était plutôt content.

 

Kai, je crois que c’est son nom, a répondu très indifféremment avec un sourire qui semblait superficiellement dessiné.

 

« On dirait que je vais avoir mon duel après tout. » La naine buffle, trop laide pour être considérée comme autre chose qu’une naine « attirante » hocha la tête par anticipation, les bras croisés pour montrer ses veines saillantes.

 

Ugh, des souvenirs désagréables me revinrent en mémoire.

 

Il était évident qu’ils étaient tous soulagés, ils ne se souciaient pas du fait qu’il ne reviendrait pas pour aider à résoudre la situation actuelle pendant un peu plus longtemps.

 

Au contraire, on aurait dit qu’ils voulaient que tout ce fiasco soit réglé avant le retour d’Arthur et Tessia.

 

C’était étrange parce que, plus que les professeurs ici, j’avais l’impression qu’Arthur serait capable de faire quelque chose à propos de ce désordre si notre directrice ne revenait pas à temps.

 

J’avais parlé d’Arthur aux membres du Comité Disciplinaire après que le chantier du Monument de la Triple-Union ait été maîtrisé. Heureusement, personne n’était mort et seuls quelques élèves avaient été légèrement blessés. Un émetteur apporté par la Guilde des Aventuriers les a soignés et ils ont été emmenés dans la salle de soins où, avant que leurs parents n’arrivent, ils avaient donné leur version de ce qui s’était passé à l’intérieur.

 

L’atmosphère au sein de l’académie s’était détériorée car il y avait désormais une nette division entre les étudiants. Les elfes et les nains nouvellement admis étaient furieux, généralisant que tous les humains étaient des brutes racistes, tandis que les étudiants humains orgueilleux n’avaient aucune intention de prendre la responsabilité des actions des autres.

 

Les quelques élèves humains qui se sentaient mal pour ce qui s’était passé ont fini par être ostracisés par les deux camps. Finalement, ils ont adopté une position neutre, trop effrayés pour dire quoi que ce soit, car à ce stade, la situation était trop explosive. Tout le monde essayait de trouver un coupable.

 

C’était bizarre que les gens agissent plus imprudemment quand ils étaient ensemble, comme s’ils se renforçaient les uns les autres. Les deux camps étaient devenus plus bruyants après l’extinction du bâtiment et avaient failli devenir violents jusqu’à ce que les professeurs leur disent de se disperser.

 

Agité par tout cet événement, j’ai fini par m’arrêter à la salle d’entraînement à laquelle Arthur m’avait donné accès. Normalement, je ne l’utilisais pas, mais comme Arthur et Tessia n’étaient pas là, j’ai décidé que c’était bon.

 

Le garde m’a regardé bizarrement, mais la réceptionniste, Chloé, a été assez aimable pour m’escorter personnellement dans la chambre.

 

« Haaa… » Je laissai échapper une profonde inspiration alors que je sentais mon noyau de mana trembler d’excitation à l’idée de se lâcher.

 

Contrairement à Arthur, j’avais beaucoup appris depuis mon arrivée dans cette académie. De nombreux aspects pratiques applicables à ma magie semblaient fonctionner différemment pour moi par rapport aux autres.

 

Une chose que j’ai remarquée, c’est que la méditation ne m’apportait pas grand-chose. Mon noyau de mana se développait et se renforçait à son propre rythme et tout effort conscient pour raffiner plus de mana à partir de l’atmosphère ne semblait pas aider.

 

Sans aucun effort réel, j’avais réussi à passer au stade de l’orange clair, mais après avoir atteint ce stade, je n’avais pas réussi à faire de progrès.

 

J’ai serré mes mains puis je les ai relâchées, répétant ce mouvement comme si mes mains n’étaient pas les miennes.

 

[Lance en Terre]

 

J’ai senti le mana monter en moi à l’activation du sort et, immédiatement, une pointe de pierre a jailli du sol à quelques mètres devant moi.

 

[Lance en Terre]

 

Je lance, cette fois avec plus de mana dans le sort.

 

Deux épaisses lances de terre se sont élevées devant moi. Pour être honnête, même dire le nom du sort était inutile pour moi. C’est juste devenu une habitude pour moi afin que je puisse garder une vision ferme de ce que je voulais évoquer mais si je m’entraînais plus, peut-être que je pourrais même lancer instantanément plusieurs flux de sorts à la fois.

 

[Barrage de Pierres]

 

Cette fois, le sol sous mes pieds s’est effondré et des morceaux de terre ont commencé à léviter. Après quelques instants de concentration, j’ai fait en sorte que les rochers soient projetés en avant.

 

Seuls quatre des dix cailloux que j’ai tirés ont effectivement atteint l’arbre que je considérais comme la cible, ce qui m’a un peu déçu.

 

Si je ne pouvais pas méditer pour renforcer mon noyau de mana comme tout le monde, je pouvais aussi bien m’améliorer dans le contrôle des sorts.

 

J’ai appris dans mon cours d’utilisation du mana ce que signifiait exactement l’affinité envers un certain élément. Pour un mage ayant très peu d’affinité avec le feu, cela signifiait essentiellement que le mage devait être beaucoup plus précis dans l’enchantement du sort, ce qui signifiait également que l’incantation vocale du sort devait être plus longue. Chaque verset d’une incantation que nous chantions façonnait le type de phénomène que nous voulions voir se produire. Pour le sort de Boule de Roche, un mage avec peu d’affinité devait avoir un verset pour chaque étape qu’il franchissait : en commençant par la forme de la roche, sa densité, l’endroit d’où elle serait fabriquée. Si on ajoutait une rotation à la balle, il fallait aussi avoir un verset pour cela. Sans oublier la trajectoire initiale du sort, ou si vous vouliez que la balle de roche soit renforcée pour qu’elle transperce la cible, ou qu’elle explose à l’impact – tout cela donnerait un chant assez long.

 

Tous ces « facteurs » du sort pourraient facilement être imaginés par un mage ayant une grande affinité avec l’élément. Les mages s’en tenaient à l’élément pour lequel ils avaient la plus grande affinité afin d’utiliser au mieux leur mana et leur capacité mentale.

 

Pour moi, la terre sous mes pieds était comme une extension de mon corps. Peut-être était-ce parce que j’avais grandi avec des nains, mais j’avais toujours eu cette pensée tenace au fond de mon esprit que même parmi eux, je n’étais pas normal. Je ne voulais pas dire que je n’étais pas normal dans le sens où Arthur était un génie, mais dans le sens où j’étais un monstre de la nature.

 

Eh bien, je suppose qu’Arthur était une sorte de monstre de la nature à sa façon…

 

C’était une drôle de petite idée. Ces faits concernant mon corps ou mon caractère n’étaient pas top secrets, mais je n’en parlais pas non plus explicitement à qui que ce soit. J’ai envisagé de parler à Arthur des différences dans mon corps, mais je manquais toujours le moment et cela ne semblait pas assez urgent pour le prendre à part et le lui dire.

 

C’était bien dans un sens, parce que je sentais que peut-être, juste peut-être, je pourrais un jour rattraper Arthur si je m’entraînais assez dur.

 

Oui, je sais qu’il était un mage jaune uni quadri-élémentaire avec une volonté de dragon et qu’il avait en quelque sorte de superbes compétences en combat rapproché mais hé, un gars peut rêver, non ?

 

J’ai lancé d’autres sorts, à moitié pour m’entraîner, à moitié pour évacuer la frustration accumulée. Je voulais rattraper Arthur, non pas parce que je voulais être meilleur que lui, mais parce que je voulais l’aider. J’avais l’impression qu’il avait toujours ses propres batailles à mener. En tant que meilleur ami, je voulais le soutenir, que ce soit dans les bons moments ou dans la guerre. Je ne savais pas quel genre de choses il traversait, mais si je devais être avec lui, je devais devenir plus fort.

 

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

 

Je voulais faire demi-tour, mais il était trop tard, j’étais déjà à l’intérieur du portail. Le voyage à travers le transport n’a jamais duré plus que quelques instants de vertige désagréable, mais cette fois, il semblait plus long… non, C’ÉTAIT plus long.

 

« Kuu… » Sylvie, qui était collée à ma tête comme de la glu, s’est mise à trembler.

 

« C’est mauvais, papa. » a transmis Sylvie, dont les pensées intérieures étaient empreintes d’inquiétude.

 

Le voyage à travers le portail de transport, c’était un peu comme si vous faisiez une avancée rapide vers votre destination. Vous vous teniez debout sur une plate-forme, tandis qu’un flou de couleurs différentes défilait et que l’arrière-plan devenait de plus en plus clair, jusqu’à ce que vous disparaissiez dans la lumière, sortant de l’autre côté. C’était une sensation particulière que je n’arrivais pas à décrire avec des mots, mais cette fois, c’était différent.

 

L’espace autour de nous s’est déformé en un flou de couleurs comme d’habitude, mais au lieu de s’éclaircir, la couleur autour de nous s’est vidée et est devenue de plus en plus faible, jusqu’à devenir noire.

 

« Papa, j’ai peur. » Le tremblement de Sylvie sur ma tête était le seul moyen de savoir que mon lien était toujours là.

 

C’était la première fois que Sylvie me disait qu’elle avait peur. Il y avait des moments où elle était sur ses gardes, ou en alerte, mais elle n’était jamais effrayée.

 

La sensation de voyager à travers le portail qui me donnait normalement la nausée a également cessé, j’ai donc augmenté de manière tendue une boule de flamme au-dessus de ma paume.

 

« C’est quoi ce bordel… » C’était bizarre. La boule de feu qui était censée me donner au moins une sorte de vision ne faisait rien. Comme si j’essayais de colorier une boule rouge sur une feuille de papier noir, elle n’avait aucun effet sur l’obscurité totale.

 

Un sentiment troublant m’a envahi. Je me suis effondré à genoux et j’ai instantanément augmenté mon corps de mana.

 

J’avais peur.

 

Quelle sorte de monstre était ici qui avait une intention malveillante assez puissante pour me faire tomber à genoux ?

 

Je ne pouvais pas m’empêcher de frissonner et le mana dans mon corps se dispersait, refusant de m’écouter à cause du manque de contrôle mental que j’avais sur moi-même.

 

Pour la première fois depuis longtemps, je me sentais comme un enfant – un véritable enfant sans défense face au croque-mitaine.

 

« Qui est là ? » J’ai fait de mon mieux pour rugir mais ma voix tremblante me trahissait.

 

À ce moment-là, une paire d’yeux est apparue de nulle part. Je savais exactement à qui appartenait cette paire d’yeux. J’en étais sûr, mais cela ne me réconfortait pas et ne m’aidait pas du tout de savoir.

 

La paire d’yeux blancs brillants tachetés d’étoiles, qui m’avait captivé la première fois que je l’avais vue, s’est rapprochée. Une voix autoritaire et dénuée d’émotion me transperça, comme si elle me parlait directement à l’oreille.

 

« Enfin. Nous avons maintenant un peu d’intimité pour converser paisiblement. »

 

Tags: Lis des novels NOVEL : The Beginning After The End 82, novel NOVEL : The Beginning After The End 82, lis NOVEL : The Beginning After The End 82 en ligne, NOVEL : The Beginning After The End 82 chapitre, NOVEL : The Beginning After The End 82 en haute qualité, NOVEL : The Beginning After The End 82 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 82