Sombre ?

NOVEL : The Beginning After The End 99

Tous les chaps sont ici: NOVEL : The Beginning After The End
A+ A-

REAPER SCAN (GSN)

The Beginning After The End

[Auteur : TurtleMe]

[Traducteur : Célian]

[Checker : Sevan]


The Beginning After The End Chapitre 99 : Château flottant

 

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

 

« Arthur Leywin, fils de Reynolds et Alice Leywin. Le Conseil a décrété qu’en raison de vos récentes actions de violence excessive et des circonstances non concluantes impliquées, votre noyau de mana sera restreint, votre titre de mage sera retiré et vous serez incarcéré jusqu’à un nouveau jugement. »

 

« … avec effet immédiat. »

 

Ces mots de la bouche de la femme Lance ont été suivis de trois réactions distinctes de la part des gens autour de moi. La première réaction a été faite par les ignorants curieux. Ils me regardaient avec un air perplexe, étudiant mon apparence en essayant de me faire correspondre à l’édit qui avait été lu à haute voix par la lance féminine :

 

Des circonstances peu concluantes.

 

Violence excessive.

 

Je pouvais sentir leur scepticisme prudent alors qu’ils essayaient silencieusement de comprendre comment un garçon, qui était à peine un adolescent, pouvait faire en sorte que le Conseil lui-même rende le verdict au lieu du gouverneur de la ville.

 

La deuxième réaction a été faite par les visages toujours aussi stupides de la foule qui accepte tout. Ceux qui vénéraient aveuglément le Conseil ainsi que toute forme d’autorité supérieure. Ils ont pris les mots écrits sur l’artefact de communication comme la vérité de Dieu et m’ont regardé avec des yeux de condamnation. Leurs chuchotements pouvaient même être entendus de l’endroit où je me tenais alors que leurs yeux se rétrécissaient en regards dédaigneux, croyant que j’étais en quelque sorte responsable de tout ce qui s’était passé dans l’académie.

 

La troisième réaction était celle que je pensais ne recevoir que de ma famille. Non. À ma grande surprise, les étudiants et les professeurs impliqués dans l’incident – ceux qui avaient encore la force de parler – ont tous crié leur protestation. Comme ma famille était la plus proche, je pouvais les entendre le plus clairement.

 

« Incarcérer… Votre Honneur, il doit y avoir une erreur. » a dit ma mère de derrière la barrière.

 

« Oui, je suis sûr qu’il y a une explication à tout cela. Mon fils n’aurait jamais… il doit y avoir une explication à tout cela. » rectifia mon père, qui savait parfaitement de quoi j’étais capable.

 

Il y a eu d’autres cris de protestation – certains de la part d’étudiants que j’ai reconnus et d’autres qui disaient simplement la vérité – qui ont tous été ignorés par la Lance.

 

« Cela n’a aucun sens ! Comment osez-vous punir celui qui a réellement fait du bien. Si Arthur n’était pas là, vous, les Lances, n’auriez plus eu personne à sauver ! » J’ai tourné la tête vers la source de la voix. À ma grande surprise, c’était Kathyln Glayder. Elle marchait dans ma direction avec une fureur débridée dans les yeux, une expression que je n’avais ni vue ni attendue de sa part.

 

« Je veillerai à ce que ma mère et mon père annulent ce décret immédiatement… »

 

« Votre mère et votre père étaient ceux, avec le roi et la reine Greysunders, qui avaient voté en faveur de ce jugement. » interrompit promptement la femme Lance. Si ses mots étaient respectueux, son expression et son ton ne pouvaient être décrits que comme indifférents et grossiers.

 

Avant que Kathyln puisse s’approcher davantage, son frère l’a retenue. Je n’ai pas pu entendre ce qu’il lui a dit mais la princesse a fini par céder, le visage encore rouge et le corps tremblant.

 

Je savais que peu importe combien j’essayais de raisonner la femme Lance, elle n’écouterait pas. Me laisser partir n’était pas une décision qu’elle devait prendre.

 

« Puis-je parler à ma famille une dernière fois avant que vous ne m’emmeniez ? » J’ai demandé, ma voix étant plus maussade que je ne le souhaitais.

 

Après avoir reçu un signe de tête laconique de la Lance, je suis retourné vers mes parents, qui étaient adossés à la clôture. Pendant quelques secondes, nous nous sommes regardés, ne sachant pas comment commencer.

 

« N’ayez pas l’air si tristes. Les choses iront mieux quand ce malentendu sera dissipé. » J’ai laissé échapper un large sourire, espérant masquer mon incertitude. J’avais des alliés au sein du Conseil, mais il y avait trop d’inconnues à l’œuvre ici. Je n’étais pas tant inquiet pour moi que pour Sylvie. Avoir un dragon vivant sur notre continent n’était pas un sujet que l’on pouvait ignorer.

 

Ma façade a dû vaciller alors que je me concentrais sur mes pensées. L’expression de mes parents a changé et ils m’ont tous deux regardé, les yeux écarquillés et effrayés.

 

« T-tu… tu n’as honnêtement aucune idée si tu pourras nous revenir, n’est-ce pas ? » Je n’ai pas pu rencontrer les yeux de ma mère qui bégayait, sa voix dégoulinant d’inquiétude. Au lieu de cela, je me suis concentrée sur sa main, ses doigts étaient d’une pâleur mortelle et ses ongles étaient rouges à force de s’agripper à la barrière de fer.

 

« Frère… tu ne vas nulle part, n’est-ce pas ? Tout ça n’est qu’une blague, n’est-ce pas ? Hein ? » Le visage d’Ellie était une pâle nuance de cramoisi et je pouvais dire qu’elle faisait de son mieux pour ne pas éclater en sanglots.

 

Je me suis penchée en avant pour être à la hauteur de ma sœur. En observant son visage enfantin, j’avais du mal à croire qu’elle avait déjà dix ans. L’un de mes plus grands regrets était de ne pas avoir pu être à ses côtés pendant qu’elle grandissait. J’avais rencontré ma sœur pour la première fois quand elle avait quatre ans, et même après cela, je n’étais avec elle que pendant quelques semaines. En la regardant, je ne pouvais qu’espérer que la prochaine fois que je la verrais, ce ne serait pas quand elle serait adolescente… ou adulte.

 

Je me suis relevé, arrachant mon regard à Ellie dont le visage était tellement crispé que ses lèvres étaient presque blanches. « Je vais définitivement rentrer à la maison. » Je me suis retourné juste à temps pour que mes yeux larmoient sans qu’ils s’en aperçoivent.

 

La Lance nommée Olfred a invoqué un chevalier de pierre sous moi, me soulevant tandis que la Lance féminine me séparait de Sylvie, la transportant dans un orbe de glace invoquée. S’approchant de nous, Lance Bairon portait le corps enveloppé de son jeune frère décédé, tandis que son regard continuait à me transpercer de son venin pur.

 

C’est ainsi que nous sommes partis. Bairon a informé les autres qu’il allait faire un détour par la maison de sa famille pour livrer le corps de Lucas pour des funérailles en bonne et due forme.

 

Je n’étais pas sûr que devenir un mage du noyau blanc s’accompagnait de la capacité de voler, mais les trois lances étaient capables de voler sans avoir besoin d’invoquer un quelconque sort, y compris le chevalier qui me portait.

 

Mes yeux sont restés fixés sur l’Académie Xyrus, qui devenait de plus en plus petite au fur et à mesure que nous volions. L’endroit en lui-même ne représentait pas grand-chose pour moi, mais le temps que j’avais passé à l’école à l’intérieur de la Cité flottante de Xyrus avait été celui d’un étudiant mage ordinaire. J’étais considéré comme doué à l’époque, mais je n’étais encore qu’un étudiant. Plus la distance entre moi et l’académie augmentait, plus j’avais l’impression de laisser derrière moi ma vie d’étudiant ordinaire.

 

Nous avons voyagé sans dire un mot dans le ciel, toutes les tentatives d’entamer une conversation ayant été rejetées. Aussi doux qu’ils aient été dans leur façon de me traiter, pour eux, j’étais toujours un prisonnier attendant d’être jugé.

 

« Papa, que va-t-il nous arriver ? » Sylvie a parlé dans ma tête.

 

« Je… ne suis pas sûr, Sylv. Mais ne t’inquiète pas. Nous allons nous en sortir. » ai-je rassuré. Même sans qu’elle réponde, je pouvais sentir les émotions qu’elle ressentait : incertitude, peur, confusion.

 

Il était impossible de dire exactement à quelle distance nous avions voyagé vers le Sud, car tout ce que je pouvais voir en dessous de nous était les Grandes Montagnes qui divisaient le continent de Dicathen en deux.

 

« Nous devrions nous arrêter ici pour la nuit. » La femme Lance descendit dans les montagnes tandis que Lance Olfred et le chevalier de pierre qui me portait suivaient peu après.

 

Nous avons atterri dans une petite clairière à la lisière des Grandes Montagnes, face aux Clairières des Bêtes. J’étais toujours enchaîné, alors je me suis assis contre un arbre, regardant Olfred ériger un campement à partir de la terre.

 

« Ne bouge pas, Arthur Leywin. » Sans attendre ma réponse, la femme Lance a fixé un artefact sur mon sternum. Instantanément, j’ai senti le mana se vider de mon noyau alors que l’appareil s’enfonçait plus profondément dans ma peau.

 

« Ugh. Ma magie ne m’aidera pas à vous échapper, alors pourquoi cette soudaine précaution ? » J’ai demandé en serrant les dents. La sensation de son mana étant contenue de force n’était pas une sensation agréable.

 

« Il y a d’autres façons de semer le trouble. » répondit-elle laconiquement avant de prendre Sylvie endormie et de se retirer dans l’une des cabanes de pierre qu’Olfred avait invoquées.

 

« Comment pourrais-je même… » J’ai murmuré dans mon souffle, agacé.

 

« C’est parce que nous sommes proches des Clairières des Bêtes. » J’ai tourné la tête vers Olfred, qui a pris place sur le sol à côté de moi en laissant échapper un soupir.

 

« Vous êtes les Lances, cependant. Vous voulez dire qu’il y a des bêtes de mana que même vous n’êtes pas capables de battre ? » J’ai demandé, un peu décontenancé par son approche.

 

« Je n’en ai pas rencontré jusqu’à présent, mais les Clairières des Bêtes recèlent de nombreux mystères dont même les Lances doivent se méfier, surtout la nuit, lorsque les bêtes les plus puissantes rôdent. Malgré nos pouvoirs, mon garçon, nous restons des mortels, la mort nous guette toujours. Avec tous les événements étranges qui se produisent de nos jours, on n’est jamais trop prudent. » Il y eut un bref silence qui n’était accompagné que par les faibles hurlements des vents.

 

« Qu’est-ce que je fais, raconter tout ça à un petit enfant ? » soupira-t-il.

 

J’ai juste secoué la tête. « Probablement parce que tu as été coincé avec une compagnie misérable ces derniers jours. »

 

J’ai été surpris quand la vieille lance a éclaté de rire. « Tu as raison sur ce point, mon garçon. Laisse-moi te dire que passer du temps avec Varay et Bairon ensemble est plus stressant que n’importe quelle bête de mana de classe SS que j’ai jamais combattue. »

 

Varay. C’était donc le nom de la femme Lance.

 

« Laisse-moi te demander ceci, mon garçon. Je suis curieux de savoir comment tu es devenu un mage si compétent à ton jeune âge. »

 

« Comment sais-tu de ce que je le suis ? Tu ne m’as jamais vu combattre. » ai-je défié.

 

« J’ai entendu Bairon parler de son jeune frère, celui que tu as tué. J’ai également recueilli des histoires auprès des élèves en aidant certains d’entre eux tout à l’heure. » a-t-il répondu, un regard curieux se dessinant sur son visage âgé tandis qu’il m’étudiait.

 

Nous avons passé un peu plus de temps à parler l’un à l’autre, mais, si Olfred semblait aimable, il était aussi très réservé. Je n’ai pas réussi à lui soutirer d’autres informations que celles que je pouvais trouver par moi-même. Il conversait de manière professionnelle sans révéler quoi que ce soit de crucial, tout comme moi. Malgré notre petite danse de la complexité sociale sous la forme d’une conversation polie, il y avait une tension subtile entre nous lorsqu’il transformait mes questions en plaisanteries. Nous nous tournions sur la pointe des pieds avec nos mots légers en essayant, au moins, d’obtenir des indices pour satisfaire notre curiosité. Après une heure d’efforts infructueux de part et d’autre, Olfred m’a suggéré d’aller dormir.

 

Comme on pouvait s’y attendre de la part des Lances, si Olfred n’était pas aussi franchement distant que les autres, il était, d’une certaine manière, plus mystérieux.

 

Olfred n’avait pas eu la gentillesse de me faire une hutte en pierre comme il l’avait fait pour lui et Varay. Sans abri et sans la protection du mana, les vents violents me donnaient des frissons et je me faisais aussi petit que possible, recroquevillé contre l’arbre.

 

J’ai dû m’endormir à un moment donné, car j’ai été réveillé brutalement par un chevalier de pierre qui m’a ramassé comme un sac de riz.

 

« Salut, meilleur ami. » j’ai tapoté le golem invoqué avec indifférence alors que j’étais de nouveau emporté dans les airs.

 

« Sylv, comment tu tiens le coup ? » ai-je demandé à mon lien.

 

« Je vais bien, papa. On étouffe un peu ici, mais c’est confortable. » répond Sylvie.

 

Ses émotions étant liées aux miennes, je faisais attention à ne pas lui transmettre par accident l’inquiétude que je ressentais. Je ne m’inquiétais pas tant de ce que le Conseil allait me faire, mais plutôt de mon lien Asura.

 

Alors que nous survolions les Clairières des Bêtes, j’ai réalisé à quel point notre continent était grand. Le terrain diversifié des bêtes de mana ne s’arrêtait jamais. Nous avons traversé des déserts, des prairies, des montagnes enneigées et des canyons rocheux. Ce n’est qu’une fois ou deux que j’ai repéré une bête mana assez grande pour être vue clairement d’où nous volions.

 

Olfred et Varay libéraient constamment un élan d’intention de tuer, repoussant toutes les bêtes de mana dans notre voisinage. Pourtant, il y a eu plus d’une fois où nous avons fait un détour pendant que les deux Lances retiraient leurs auras.

 

Je ne pouvais m’empêcher de penser que Varay m’avait mis l’artefact de restriction de mana pour que je n’attire pas délibérément l’attention de bêtes de mana dangereuses et territoriales. Je devais la féliciter, car c’était quelque chose que j’aurais probablement fait pour m’échapper. J’étais cependant curieux de savoir si j’avais la capacité de survivre aussi profondément dans les Clairières des Bêtes ou non.

 

Mon débat interne n’a pas duré longtemps car Varay s’est soudainement arrêtée. Elle sortit le parchemin de communication qu’elle avait utilisé pour lire la condamnation du Conseil avant de regarder attentivement autour d’elle.

 

« Nous sommes là. » a-t-elle dit.

 

J’ai regardé dans le ciel, mais il était évident que la seule chose qui nous entourait était les oiseaux assez stupides pour s’aventurer près des humains volants.

 

Au moment où j’allais dire ce que je pensais, Varay a levé la main, comme si elle cherchait quelque chose dans l’air. Avec un léger clic, le ciel s’est fendu pour révéler un escalier en métal.

 

Olfred a laissé échapper un sourire en voyant ma bouche béante.

 

« Bienvenue dans le château flottant du Conseil. »

Tags: Lis des novels NOVEL : The Beginning After The End 99, novel NOVEL : The Beginning After The End 99, lis NOVEL : The Beginning After The End 99 en ligne, NOVEL : The Beginning After The End 99 chapitre, NOVEL : The Beginning After The End 99 en haute qualité, NOVEL : The Beginning After The End 99 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 99